Catégories
LGBTI-phobies Université Bordeaux Montaigne (B3)

L’UNIVERSITÉ BORDEAUX MONTAIGNE EMPÊCHE LES ÉTUDIANT-E-S TRANS D’ÉTUDIER

Nous, Solidaires Étudiant-e-s Bordeaux, dénonçons la transphobie de l’Université Bordeaux Montaigne. En effet, cela fait plus de deux ans que l’UBM refuse de mettre en place une procédure qui permettrait aux étudiant-e-s trans d’utiliser leur vrai prénom. Depuis la rentrée, des étudiant-e-s cherchent à changer leur prénom afin de faire figurer leur prénom d’usage au moins sur les listes d’appel. Nous avons eu de nombreux retours d’étudiant-e-s n’ayant pas réussi à faire figurer leur vrai prénom sur les listes d’appels ou la carte étudiante. Nous avons également dans le syndicat le cas d’un étudiant qui n’a pas pu faire changer son prénom malgré un mail, de nombreuses visites à la scolarité, et une visite à l’infirmerie prétendument chargée de la « procédure », et la promesse à chaque fois d’une réponse rapide. La procédure, qui nous a pourtant été présentée comme compliquée voire impossible, a pourtant déjà été mise en place à Rennes 2, à l’université Toulouse Jean Jaurès, à Nanterre, à l’IEP Paris, à Paris 1, et à l’université de Tours.
Nous tenons à insister sur la dangerosité de cette attitude. En effet, selon une étude américaine, un-e étudiant-e trans sur six est contraint-e d’arrêter ses études à cause de la transphobie. Utiliser un prénom qui n’est pas en accord avec le genre de la personne provoque également un fort mal être, et peut conduire à des agressions verbales ou physique de la part d’autres personnes.
Nous considérons en cela l’attitude de l’Université Bordeaux Montaigne transphobe et dangereuse. Face à ces comportements, nous exigeons :
– Le respect du prénom d’usage pour le bien-être et la sécurité des concerné-e-s.
– Une procédure de changement simple et RÉELLE, et le changement de prénom à l’Université de toutes les personnes trans l’ayant demandé, sans justificatif autre que la simple volonté de l’étudiant-e souhaitant changer son prénom.
– La mise en place d’une cellule de veille contre la transphobie ou le renforcement de celle existante.
– Une formation aux enjeux trans pour le personnel de l’Université que nous sommes prêt-e-s à dispenser.

Dans l’attente de la satisfaction de nos revendications,
Syndicalement
Solidaires Etudiant-e-s Bordeaux